• email
  • edt
  • english

M2 Pro SILI (Solution Informatiques Libres)

<< retour à l'offre de formation

Responsable pédagogique

Monsieur Jean-Michel RICHER
tél : 02.41.73.52.34
courriel : jean-michel.richer@univ-angers.fr

Responsable de l'apprentissage

Monsieur David LESAINT (Pr)
tél : 02.41.73.54.20
courriel : david.lesaint@univ-angers.fr

Secrétariat

Madame Marie-Paule TUDEAU
tél : 02.41.73.53.95
courriel : marie-paule.tudeau@univ-angers.fr

Prérequis

Avoir obtenu le M1 Informatique ou avoir validé une formation équivalente.

Note : le M2 SILI est ouvert à l'alternance par contrat d'apprentissage à la rentrée de septembre 2012 (cf. apprentissage). Le planning des enseignements a donc été adapté pour que les apprentis puissent rejoindre leurs entreprises.

plaquette M2 SILI

Objectifs de la formation

Le titulaire de ce diplôme participe ou pilote les projets de développement logiciel et l'équipe chargée de les réaliser. Son champ d'action couvre l'analyse, la conception, le développement et l'exploitation de solutions logicielles pour répondre à  une problématique donnée. Il est capable d'évoluer dans des Sociétés de Services en Ingénierie Informatique (SSII) et de Conseil en Informatique (SSCI), dans les départements de Recherche et Développement de grandes entreprises et chez les éditeurs de logiciels. La spécialité SILI met l'accent sur la connaissance, l'intégration et l'utilisation de composants logiciels issus du monde du Libre pour le développement logiciel et l'adaptation des solutions libres aux besoins des entreprises, la migration et la gestion électronique des données, le déploiement, la sécurisation des serveurs et la virtualisation des postes de travail.

La spécialité SILI (Solution Informatiques Libres) apporte une expertise dans le domaine des composants logiciels Libres ainsi que leur intégration au sein d'infrastructures propriétaires dans le cadre de la conception et du développement de solutions logicielles concernant :

  • la migration des données (comptes mail, bases de données, ...)
  • l'adaptation et configuration des ERP / CRM pour des petites et moyennes entreprises
  • la mise en place de solutions de travail collaboratif
  • la gestion électronique de documents (GED) au sein de l'entreprise
  • le déploiement pour parc de machines
  • la virtualisation des postes de travail et la sécurisation des serveurs

l'Apprentissage

Se former par l’apprentissage, c’est choisir une voie de formation pour acquérir une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme professionnel ou par certains titres à finalité professionnelle. (source : Ministère de l'Education Nationale)

Pour les étudiants ayant le statut d'«apprenti», l'apprentissage en alternance associe une formation chez un employeur et des enseignements dispensés à la faculté des Sciences de l'Université d'Angers.

L'apprenti possède le statut de salarié d'entreprise, les droits de tous les salariés et est soumis aux mêmes obligations. Le contrat d'apprentissage est un contrat de travail qui lie un employeur et un apprenti. L'apprenti travaille pour l'employeur et pour cela il perçoit un salaire. Il est donc soumis aux règles du code du travail et aux conventions collectives.

Source: EDUCPros.fr

Ce ne sont donc pas nécessairement les régions les plus «riches» qui réservent le plus d’argent à l’apprentissage. Ainsi, l’Aquitaine investit 11,73% de son budget à l’apprentissage (soit 154 millions d’euros, sur un budget global de 1,31 milliard), quand le Nord-Pas-de-Calais, avec son 1,91 milliard d’euros annuel, n’octroie «que» 119 millions à l’apprentissage, soit 5,58% de son budget.

Au palmarès des régions qui attribuent la plus grande part de leur budget à l’apprentissage, on retrouve donc l’Aquitaine (11,73% de son budget), les Pays de la Loire (11,24%), la Bretagne (11,22%) et Poitou-Charentes (10,55%). À ce quatuor siglé «Grand Ouest» s’oppose un axe Nord-Sud dessiné par les régions qui affectent la plus petite part de leur budget au financement de l’apprentissage : le Nord-Pas-de-Calais (5,58%), le Limousin (4,78%), et enfin la région PACA (4,10%). La moyenne de l’investissement des régions dans l’apprentissage s’élevait, elle, en 2010 à 8,18%.

Pour de plus amples informations voir le lien suivant

Pourquoi s'intéresser aux logiciels libres ?

L'idée d'un Master autour des Logiciels Libres (LL) repose sur la constatation que le monde du logiciel Libre n'a cessé de progresser ces dernières années. De grands groupes industriels investissent massivement dans ce domaine et de nombreuses communautés de développeurs sont nées autour du libre. Notamment en France avec l'AFUL (Association Francophone des Utilisateurs de Logiciels Libres), fondée en 1998 et l'APRIL (Association pour la Promotion et la Recherche en Informatique Libre) qui est un acteur majeur du LL en France depuis 1996. L'APRIL compte aujourd'hui plus de 5000 adhérents dont 300 sociétés. Outre Atlantique, l'émergence du Libre date de 1985 avec la création de la Free Software Foundation par Richard Stallman qui a donné© un caractère éthique et philosophique au monde du Logiciel Libre. Les principes qu'il a tenté depuis plusieurs années de faire adopter par le plus grand nombre ont été, dans une large mesure, mis en application par le géant américain Google (Google Apps, GWT) ou la fondation Apache (Tomcat, Xerces, Jakarta, Cayenne, ...).

En terme d'emploi, une étude de 2007 (Sommet Gartner en 2007 sur l'Open Source), indiquait que 80% des logiciels commerciaux intégreraient au moins une partie de code Open Source d'ici 2011. Une étude plus récente (Pierre Audoin Consultants) indique :

Le logiciel libre ne s'est quasiment jamais aussi bien porté et reste un mode de consommation du logiciel particulièrement utilisé en France. C'est d'ailleurs le pays le plus intensif en logiciel libre comme a pu l'observer PAC mais aussi d'autres organismes tels que GeorgiaTech. Notre pays est le premier marché Européen pour le logiciel libre avec un marché évalué à 1 470 Meuros en 2009. La croissance du logiciel libre s'est poursuivie pendant la crise, avec +33% pour 2009 et 30% de croissance prévue pour 2010. Le logiciel libre étant souvent une alternative peu onéreuse pour réaliser certains projets durant les périodes de vaches maigres.

Le 15 Janvier 2013, Fleur Pellerin, Ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Économie numérique, déclare :

Le modèle du logiciel libre est au coeur d'enjeux stratégiques pour l'industrie numérique et, plus largement, pour l'ensemble des branches industrielles. En particulier, ce modèle a montré sa capacité à remettre en cause certaines positions dominantes d'éditeurs propriétaires, souvent à l'origine de situations de dépendance technologique. Ainsi, sur certains marchés, le modèle du logiciel libre peut permettre à l'industrie européenne de regagner des positions de premier plan, notamment dans le domaine des logiciels d'infrastructure, des logiciels embarqués, des outils de gestion de contenus ou encore des environnements de développement. C'est pourquoi il est essentiel que le cadre législatif européen reste favorable à une croissance forte du logiciel libre

La maîtrise des LL ainsi que des technologies qu'ils intègrent se révèle donc un atout non négligeable pour la recherche d'une position stable dans le milieu professionnel. Avec l'envolée des Systèmes d'Exploitation embarqués pour portables et le iPhone d'Apple, la concurrence n'a pas mis longtemps à répliquer et Google propose désormais Android, un système d'exploitation en partie Open Source pour Smartphone, PDA et terminaux mobiles. Avec des acteurs majeurs comme la société Apple, le marché de l'innovation est en pleine expansion et les nouveautés tels que l'iPhone et l'iPad d'Apple sont déclinées par les concurrents afin de prendre des parts de marché.

Rappelons qu'un Logiciel Libre est un logiciel qui peut être utilisé, modifié et redistribué sans restriction par la personne à qui il a été distribué. Le terme plus consensuel FLOSS (pour Free, Libre, Open-Source Software), introduit récemment, peut être employé pour les désigner. Libre ne signifie pas forcément gratuit. L'ambiguïté sous-jacente provient de l'expression d'origine anglaise free software, puisqu'en anglais free signifie aussi bien libre que gratuit. Pratiquement, les logiciels libres peuvent être téléchargés gratuitement sur certains sites web. Des versions payantes sont commercialisées par des entreprises avec coffret, support de stockage numérique, documentation au format papier et contrat d'assistance à l'installation ou de maintenance (on pensera par exemple au cas des distributions Linux RedHat ou Mandriva). Le monde du libre n'est donc pas en contradiction avec celui de l'entreprise et une synergie s'opère depuis quelques années entre le monde du Libre (logiciels, frameworks, formats, technologies) et les acteurs professionnels de l'Informatique en raison du coût généralement très faible lié à l'exploitation et la maintenance des LL. Notons que certains de ces logiciels sont parfois bien meilleurs que leurs équivalents commerciaux car mis au point par des passionnés. Par exemple : MySQL, racheté par la société Oracle, représente une alternative sérieuse à SQL Server de Microsoft.

Depuis plusieurs années, la politique du Département Informatique de la Faculté des Sciences s'est appuyée sur les LL dans le cadre des enseignements :

  • utilisation du système d'exploitation Linux Ubuntu,
  • de la suite bureautique Open Office (ou Libre Office),
  • du compilateur gcc/g++,
  • de l'environnement de développement Eclipse,
  • et bien d'autres logiciels libres

Dans le cadre des enseignements de M2, un effort a été fait afin de promouvoir les progiciels de gestion intégrés (ERP/PGI) ainsi que l'utilisation des technologies de pointe pour le développement Web (Servlet, Tomcat, RMI, XML, XSL, ...).

Le M2 Pro SILI se fixe donc pour objectif de former des informaticiens disposant d'un socle de connaissances informatiques général et fondamental (M1) et qui seront capables d'utiliser, améliorer, promouvoir et intégrer les cadriciels (frameworks) et logiciels du monde Libre, mais aussi propriètaires, au sein de l'entreprise. Car en effet, l'offre des LL croît significativement chaque année (cf. Apache.org) et la formation des cadres informatiques de demain doit reposer sur une connaissance approfondie de l'offre logicielle de façon a assurer leur capacité à  faire les meilleurs choix possibles pour leurs entreprises.

D'un point de vue pédagogique et méthodologique, la conception et le développement de projets Open Source possèdent certaines spécificités. Concernant les principes et méthodes, celles-ci reposent plus sur une coopération qu'une hiérarchisation de la chaîne de travail et de décision, sur le développement itératif, le développement dirigé par les tests et l'intégration en continu. C'est sans doute l'une des explications de la mouvance Agile (née au milieu des années 90) et dont l'eXtreme Programming (XP) ou la méthode SCRUM constituent des représentants symboliques. Il nous faut donc former les étudiants à ces principes auxquels ils sont peu sensibilisés et qui sont aujourd'hui largement mis en pratique au cours du cycle de vie du logiciel.

Matières enseignées et stage

S
E
M
E
S
T
R
E

3
UE ECTS
Ingénierie des données et des connaissances 1 : fouille de données 3
Ingénierie des données et des connaissances 2 : base de données avancées 3
Ingénierie de l'optimisation 1 3
Modèles et outils avancés de programmation
  • applications et algorithmique distribuée
  • programmation parallèle
5
Maintenance et gestion approfondie des systèmes d'exploitation 3
Ingénierie du logiciel libre 7
Sécurité des systèmes d'information 4

S
E
M
E
S
T
R
E

4
UE ECTS
Culture d'entreprise
  • Anglais
  • Communication
  • Droit de l'informatique
  • Conférences professionnelles
  • Création d'entreprise
7
Projet annuel de programmation 10
Stage stage en entreprise 15

Une attention particulière est apportée à nos étudiants pour les préparer à une bonne intégration dans les entreprises. Des cours d'anglais (préparation au TOIC), un projet annuel de développement multi-compétences, des conférences d'industrielles et des enseignements fournissant une culture d'entreprise (création d'entreprise; droit de l'informatique) sont partie intégrante de la formation.

Un stage de 4 à  6 mois en entreprise (ou en laboratoire de recherche) a lieu pendant la formation.

Débouchés

  • Concepteur logiciel
  • Chef de projet informatique
  • Administrateur de bases de données
  • Administrateur réseau
  • Administrateur web

La quasi totalité des étudiants obtiennent un CDI à l'issue de la formation (source : ancien master pro CDSII, le master pro SILI fait suite au CDSII).

© 2008-2014 Jean-Michel Richer
Valid XHTML 1.0 Strict | Valid CSS